À la découverte des solutions et des alternatives

Partager

Limiter l’utilisation du plastique, c’est possible !

S’il n’est pas possible de se passer totalement du plastique, les industriels peuvent en réduire la quantité, notamment dans les emballages. Cela s’appelle l’écoconception. Par exemple, les bouteilles d’eau et de lait sont aujourd’hui plus légères qu’il y a quelques années. On utilise moins de plastique pour les fabriquer sans que cela soit gênant pour l’usage.

Nous aussi, nous pouvons jouer un rôle majeur pour limiter le plastique dans notre quotidien lorsque des solutions alternatives pertinentes existent :

  • ne plus acheter certains objets en plastique à usage unique dont on peut se passer (pailles, vaisselle jetable, rasoirs jetables…) ;
  • ne plus utiliser de sacs de caisse en plastique à usage unique ; Pour faire les courses, prenez un sac réutilisable par exemple en tissu ;
  • acheter des produits en vrac, sans emballage, en apportant si cela est possible vos propres contenants ;
  • conserver vos aliments dans des bocaux en verre ;
  • remplacer les bouteilles en plastique par une gourde ;
  • préférer les meubles en bois ;
  • préférer des boîtes de rangement en carton.

Encore plus d’idées à découvrir sur le site de Zero Waste.

Et si vous avez vous aussi des idées, n’hésitez pas à nous les faire partager en laissant un commentaire.

Recycler, recycler, recycler tout ce qui peut l’être

Nous ne recyclons pas assez le plastique : en France, seulement 22 % des déchets plastiques sont recyclés. Nous pouvons largement faire mieux !
Pour les emballages plastiques, l’Europe a fixé des objectifs ambitieux : 50 % recyclés en 2025 et 55 % en 2030. Et pour le moment en France, nous n’en sommes qu’à 26 % (chffres CITEO).

Les emballages ménagers et industriels pourraient être davantage recyclés. Plusieurs raisons expliquent le retard de la France du côté des emballages ménagers :

  • si nous trions bien nos déchets à la maison, nous ne sommes pas exemplaires dans les lieux collectifs où on retrouve tout type de déchets dans les bacs de collecte ;
  • les consignes de tri sont compliquées et différentes d’une commune à l’autre. Ne sachant pas toujours quoi faire de leur déchet, les Français jettent dans la poubelle classique des déchets pourtant recyclables ;
  • dans certains territoires les performances de collecte restent insuffisantes : par exemple, aujourd’hui à Paris et Marseille seulement une bouteille sur 10 est mise dans les bacs de collecte pour le recyclage alors que c’est 65 % dans les autres territoires.

Pour augmenter le recyclage des emballages plastique, une extension des consignes de tri est déjà accessible à plus de 50 % des Français et concernera tout le monde en 2022 : ils peuvent mettre dans le bac de collecte de tri tous les emballages et en particulier tous les emballages plastiques, sans différencier les bouteilles plastiques des pots de yaourt ou des barquettes alimentaires ou des sachets. Ceci facilite le geste de tri !

Si vous avez un doute pour savoir où jeter votre déchet en plastique, consultez vite www.quefairedemesdechets.fr.

Pour limiter la pollution plastique et améliorer encore le taux de recyclage du plastique, tout le monde doit progresser :

  • les citoyens, en réduisant leur consommation de plastique, en améliorant leurs gestes de tri et n’abandonnant aucun déchet dans la nature ;
  • les industriels, en fabriquant des produits facilement recyclables (certains objets sont difficiles à recycler, car ils sont composés de plastiques différents qui ne sont pas séparables facilement et donc parfois impossibles à recycler) et en intégrant du plastique recyclé dans les nouveaux produits ;
  • les recycleurs, en continuant de développer des technologies pour mieux recycler les différents types de plastiques.

Le recyclage du plastique permet aussi de limiter les émissions de gaz à effet de serre et économise les ressources de la planète. Chaque tonne de plastique recyclé, réutilisé pour fabriquer de nouveaux objets permet :

  • d’éviter 3000 kg de CO2 ;
  • d’économiser 13 000 kWh ;
  • de consommer 5,2 m3 d’eau en moins.

Et si on faisait le point sur les sacs en plastique ?

Depuis 2017, la France a interdit les sacs de caisse en plastique à usage unique. Cependant, les sacs « hors caisse » comme les sacs pour fruits et légumes en plastique et à usage unique sont autorisés s’ils sont compostables en compostage domestique et s’ils sont pour tout ou partie biosourcés (40 % minimum de matière biosourcée en 2018 et jusqu’à 60 % en 2025). Une matière biosourcée est issue de la biomasse, végétale ou animale, mais attention elle n’est pas forcément compostable. Voir la vidéo « La matière biosourcée, qu’est-ce que c’est ? ».

Vous pouvez reconnaître les plastiques compostables à la maison grâce à la phrase obligatoirement inscrite sur le sac « peut être utilisé pour le compostage en compostage domestique », et souvent aux labels apposés dessus, comme par exemple « OK compost HOME » (c’est le plus répandu). Cependant, juste ajouter ce type de plastique dans son composteur ne suffit pas. Pour qu’il se composte bien, il faut suivre le guide de bonnes pratiques pour gérer son composteur (faire le lien vers le guide « le compostage et le paillage).

Logo « Ok compost home »

Et pour finir, encore une mise en garde : ce n’est pas parce que ces plastiques sont compostables à la maison qu’ils peuvent être jetés dans la nature, dans une rivière, un lac ou dans la mer. Les conditions d'humidité, de température nécessaires pour les dégrader n’y sont pas réunies et leur dégradation sera beaucoup plus lente (plusieurs années voire dizaine d’années plutôt que plusieurs mois).