L'énergie éolienne : une énergie d'avenir

Partager

Waldemar Brandt / Unsplash

L’énergie éolienne en plein développement

Pour lutter contre le changement climatique, la France doit diminuer ses émissions de gaz à effet de serre. Elle s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, c’est-à-dire un équilibre, sur le territoire national, entre les émissions humaines par les sources et les absorptions humaines par les puits de gaz à effet de serre.

La France mise beaucoup sur le développement des énergies renouvelables pour satisfaire ses besoins énergétiques.

La France dispose du deuxième gisement éolien d’Europe (production terrestre et offshore). L’éolien est aujourd’hui une technologie mature et fiable avec un potentiel de développement encore important en France. Chaque éolienne produit environ autant d’électricité que la consommation de 1500 foyers (hors chauffage, et eau chaude sanitaire).

Plus d’énergie éolienne pour moins d’émissions de CO2

En France, la fourniture d’électricité s’appuie actuellement, majoritairement sur l’énergie nucléaire (qui, lors de son fonctionnement, n’émet pas de CO2, principal gaz à effet de serre responsable du réchauffement planétaire).

Dans les périodes où nos besoins en électricité sont les plus importants (par exemple, les soirs d’hiver en période de grand froid quand il faut beaucoup chauffer les bâtiments), le nucléaire ne peut pas tous les satisfaire. Ce sont alors d’autres énergies qui prennent le relais, notamment des centrales hydroélectriques ou hydrauliques (utilisant l’énergie de l’eau) mais aussi des centrales thermiques à flamme (qui utilisent des énergies fossiles). Ce sont ces dernières qui produisent du CO2 en brûlant du fioul (issu du pétrole).

Ainsi, remplacer la production électrique de ces centrales thermiques à flamme par une production provenant d’énergies renouvelables permettrait de ne plus avoir recours aux énergies fossiles.

Si les objectifs fixés sont atteints, un tiers de notre consommation énergétique proviendrait des énergies renouvelables en 2030, dont une grande partie grâce à l’énergie éolienne.

Enfin, les énergies renouvelables font appel à des ressources locales. Cela permet donc une indépendance énergétique, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui avec le pétrole et le gaz, que nous devons faire venir d’autres pays.

 

L’éolien en mer : plusieurs projets sont lancés en France

Une éolienne en mer peut être fixée sur le fond de la mer ou flottante. Elle bénéficie de vents plus fréquents, plus forts et plus réguliers et moins turbulents qu’à terre et a donc un meilleur rendement qu’à terre (de 10 à 20% supérieur).

En Europe, 110 parcs éoliens en mer sont déjà opérationnels fin 2019, ce qui représente plus de 5000 éoliennes en fonctionnemant dans 12 pays différents. Cette forme d’énergie est beaucoup développée dans les pays européens comme au Royaume-Uni, l’ Allemagne, le Danemark ou la Belgique.

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, l’éolien en mer a un immense potentiel et pourrait permettre de répondre au besoin de l’ensemble de la population mondiale

En France, plusieurs projets sont lancés en Normandie, en Bretagne, en Pays de la Loire, etc. Les chantiers de construction débutent sur 3 parcs à Saint-Nazaire, Saint-Brieuc et Fécamp.

Pour en savoir sur l’éolien en mer et les objectifs de la France, consultez ce petit film de 1 minute et 30 secondes ou encore consultez cette infographie.

 

L'éolien en mer : un enjeu de taille !

par FranceEcologieEnergie