La géothermie : c'est quoi le principe ?

Partager

D’où vient cette chaleur ?

Plusieurs couches composent la structure interne du globe, avec au centre un noyau, et en périphérie la croûte terrestre avec une épaisseur comprise entre 30 et 60 km. La croûte est constituée de roches dont certaines contiennent des éléments radioactifs comme l’Uranium.

La désintégration de la radioactivité de ces roches (90 %) et, dans une moindre mesure le refroidissement du noyau, dégagent de la chaleur.

Plusieurs couches composent la structure interne du globe, avec au
centre un noyau, puis des roches, tous chargés en radioactivité.

La surface de la Terre est également réchauffée par l’énergie du soleil, mais uniquement sur les premiers mètres du sous-sol. Ainsi, en France, la température moyenne au niveau du sol tout au long de l’année est de 10 à 14 °C puis, au fur et à mesure que l’on s’enfonce, elle augmente en moyenne de 3,3 °C tous les 100 mètres (c’est ce que l’on appelle le gradient géothermique). Les roches peuvent ainsi atteindre 150 °C à 4 000 mètres de profondeur !

À certains endroits : le magma est parvenu à remonter vers la surface, C’est ce qui se passe avec les geysers, les volcans et les sources chaudes. Dans ces zones, le gradient géothermique peut atteindre jusqu’à 30°C/100 m, comme c’est le cas dans les îles volcaniques. A Bouillante en Guadeloupe, par exemple, la température à 1 000 m de profondeur atteint 260 °C (alors qu’en région parisienne où le gradient est moyen, la température est de l’ordre de 45°C à cette profondeur).

C’est une chaleur disponible 24 heures sur 24 et 365 jours par an, qui ne dépend ni du climat, ni des saisons, ni du jour ou de la nuit.

Nous avons donc sous les pieds une réserve d’énergie quasi inépuisable, car réapprovisionnée en permanence ! De plus, elle permet d’être indépendant au niveau énergétique par rapport à un pays tiers, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui avec les énergies fossiles.

L’exploitation de la chaleur du sous-sol sert à produire de la chaleur et de l’électricité.