Le sable, une ressource en danger

Partager

Shane Mclendon / Unsplash

En moyenne, 18 kg de sable sont extraits par jour et par personne ! Mais le sable, comme les autres ressources naturelles, n’existe qu’en quantité limitée sur la planète.

Le sable, ressource indispensable pour fabriquer un tas d’objets

Le béton, constitué au 2/3 de sables, représente la majorité des constructions mondiales. En effet, il est facile à produire, très solide et peu couteux. La grande majorité des constructions mondiales sont réalisées en béton ! Une maison de taille moyenne demande par exemple 200 tonnes de béton. Et de nombreux pays, comme la Chine, ont une urbanisation galopante qui nécessite toujours plus de matière.

Mais des projets innovants sont aussi très demandeurs en sables : la poldérisation, une technique pour créer artificiellement des surfaces terrestres sur la mer, est la seconde utilisation la plus importante de sable. Des villes comme Singapour et Dubaï sont friandes de ce genre de constructions.

Le sable est aussi devenu un élément indispensable de nos sociétés hyper connectées. C’est un des composants essentiels à la fabrication des microprocesseurs. Sans lui, pas d’ordinateurs, de téléphones portables, de cartes bancaires…

La demande en sable a triplé en 20 ans

À première vue, on pourrait penser que le sable existe en quantité infinie : on le trouve sur terre, dans la mer et dans les déserts.

Sauf que, la majeure partie du sable présent sur la planète est inaccessible ou impropre à une utilisation industrielle (le sable du désert est par exemple trop fin). De plus, la régénération du sable est perturbée par les barrages. Les 60 000 grands barrages construits à travers le monde retiennent ¼ du sable de la planète. Les sédiments qui, en temps normal, se dirigent par le lit des rivières vers la mer et les plages, y sont emprisonnés.

Cela oblige donc à extraire du sable dans les mers et les océans. Aujourd’hui, l’extraction de sable marin s’élève à 75 millions de tonnes annuelles. Cette exploitation encore minime (2,5 % de la production totale de sable) est vouée à s’accélérer à mesure que les carrières terrestres s’épuisent.

Mais cela entraine de nombreux problèmes environnementaux, comme l’érosion du littoral et la perturbation de la faune et de la flore marine.

De plus l’exploitation du sable devient l’objet d’un trafic clandestin : considéré comme une ressource infinie et gratuite, les faibles réglementations qui encadrent l’exploitation du sable sont facilement contournées à travers le monde…

Afin d’agir face à la raréfaction du sable, les États doivent coopérer, et les organisations se mettent à recycler les déchets des gravats dans les chantiers, et à utiliser des matériaux alternatifs.