Les conférences mondiales sur le climat

Partager

Arnaud Bouissou / MEDDE - SG COP21

Ces conférences réunissent les pays du monde depuis Rio, en 1992. Le Protocole de Kyoto de 1997 est la première conférence où 37 pays se sont engagés sur des « objectifs contraignants » de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre. Le but ? Atteindre une réduction globale des émissions de 5,2 % entre 2008 et 2012 (par rapport à 1990). Depuis, 193 pays ont ratifié ce protocole, entré en vigueur en 2005. 

 

2017, année de la COP23 aux îles Fidji

 

C'est la première fois qu'un état insulaire du Pacifique organise cette conférence internationale mais pour des raisons logistiques, la COP 23 aura lieu physiquement à Bonn, en Allemagne, du 6 au 17 novembre 2017.

Cette conférence internationale devra poursuivre les engagements pris à Marrakech et à Paris mais aussi organiser le dialogue "Talanoa" . Organisée par les îles Fidji, elle présentera plus en détails les conséquences du réchauffement planétaire sur les îles.

Le dialogue "Talanoa" c'est quoi ? Il s'agit du premier bilan mondial sur les efforts collectifs d’atténuation des émissions déployés par les parties prenantes. Son succès est d’une importance capitale pour renforcer l’ambition collective et accélérer la mise en oeuvre des engagements actuels. Il s'organise autour de 3 questions :

  • Où en sommes-nous ? Bilan collectif des réductions d’émissions de gaz à effet de serre déjà effectuées.
  • Où voulons-nous aller ? Analyse de l’écart entre l’objectif des 2 °C / 1,5 °C et les trajectoires des contributions nationales. Le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur la trajectoire 1,5 °C, qui sera publié en octobre 2018, informera le débat.
  • Comment y arriver ? Présentation de solutions, bonnes pratiques et technologies pour accélérer l’action.

 

En 2018, c'est la Pologne qui acceuillera la COP24.

Juste avant les COP, les jeunes engagés dans leur pays pour lutter contre le changement climatique se réunissent pour faire eux aussi des propositions d'actions. Cette réunion de la jeunesse est appelée la COY (pour Conférence of Youth).

Depuis, les États se réunissent tous les ans lors de grandes conférences pour discuter des solutions à mettre en œuvre.

 

Un peu d’histoire… de COP

2001 (COP7) : Accord de Marrakech. Pour lutter contre le changement climatique, cet accord prévoit une aide des pays développés vers les pays en développement.

2005 (COP11) : le Protocole de Kyoto entre en vigueur. Puisque 55 pays ont ratifié ce traité et que tous les pays l’ayant ratifié émettent au total au moins 55 % des émissions de CO2 de 1990, ce Protocole est effectif.

2007 (COP13) : le Plan d’action de Bali. C’est le début des négociations post 2012, c’est-à-dire post protocole de Kyoto.

2008 (COP14) : Conférence de Poznan. Les 27 pays de l’Union européenne sous présidence française s’entendent sur les moyens de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 20 % en 2020 par rapport à 1990.

2009 (COP15) : Accord de Copenhague. Les leaders mondiaux se sont mis d’accord sur un objectif de limitation du changement climatique à 2 °C et une aide des pays développés de 30 milliards de dollars sur 2010-2012, porté à 100 milliards de dollars par an en 2020.

2015 (COP21) : Conférence des parties des Nations unies sur les changements climatiques. L'accord de Paris ratifié par de nombreux pays a été une étape historique dans la reconnaissance internationale de la notion de changement climatique. Un accord universel ambitieux sur le climat qui a comme objectif de contenir la hausse des températures bien en deçà de 2 °C, et de s’efforcer de la limiter à 1,5 °C.

2016 (COP22) : Conférence des parties des Nations unies sur les changements climatiques à Marrakech. Cette COP souhaite s'inscrire dans la continuité de l'accord de Paris. Avec comme objectif d'obtenir des engagements des pays sur des actions concrètes à mettre en place pour lutter contre le changement climatique.

Les pays riches se sont engagés à soutenir financièrement les pays pauvres (grâce au fond pour l'adaptation, fonds vert pour le climat...).

Par ailleurs, la France soutient la mobilisation de tous les acteurs non étatiques (entreprises, collectivités, institutions, associations...)

Le zéro carbone en 2050 est désormais présenté comme un objectif atteignable. Par exemple, la création de la plate-forme "2050 pathways" est un projet qui regroupe des pays, des villes et des entreprises qui s'engagent à n'émettre plus aucun gaz à effet de serre d'ici 2050.

 

 


Lire la suite →