La consommation verte, où en est-on ?

Consommer autrement, c'est tentant

Phénomène de mode ? Sans doute pas : la consommation collaborative semble amenée à se développer pour plusieurs raisons. Avec la crise économique et les facilités d’échanges entre nous tous grâce à Internet, les consommateurs cherchent de plus en plus à faire de bonnes affaires, c'est-à-dire trouver le bon produit à moindre coût.

Cela permet à de nouvelles formes de consommation de progresser, ce qui est souvent intéressant pour l’environnement. En achetant des produits d’occasion, on économise de l’énergie et des matières premières nécessaires à leur fabrication ; on donne aux objets une seconde vie et on réduit également la quantité de déchets au final.

Pour mieux comprendre ce phénomène, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) a fait réaliser une étude sur « Les Français et les pratiques collaboratives : qui fait quoi et pourquoi ? ».
Voici un petit éclairage.

Une population jeune et active plus impliquée

Il n’y a pas un mais plusieurs « types » de consommateur collaboratif. Par exemple, une majorité des adhérents d’AMAP (44 %) habite dans des villes de plus de 200 000 habitants et est féminine (55 %). À l’inverse, les pratiquants du covoiturage sont le plus souvent des hommes (54 %) et vivent en majorité dans des communes de moins de 20 000 habitants (47 %).

À noter néanmoins que les retraités sont sous-représentés quelle que soit la pratique, les adeptes étant majoritairement les ménages avec des enfants sous leur toit.

L’écologie n’est pas toujours la première préoccupation de ces consommateurs

On achète de façon groupée, on vend, on échange ou on troque ses biens avant tout pour des raisons personnelles (raisons financières, plaisir…) plus qu’écologiques. On fait du covoiturage parce qu’on veut moins polluer mais aussi parce que cela permet de partager les frais de carburant à plusieurs.

On achète à une AMAP plutôt parce qu’on est sensible à la protection de l’environnement et qu’on est engagé pour faire progresser la société.

Et si on loue ses biens, c’est un peu pour toutes ces raisons à la fois : c’est intéressant financièrement et on est content de rendre service aux autres.

Il est rare qu’un consommateur fasse toutes ces choses. Il en fait souvent plutôt une seule.

Pourquoi ces personnes veulent-elles consommer autrement ?

Ces personnes veulent plus contrôler leurs moyens de consommer et sont intéressées par les échanges. Elles apprécient de participer à l’évolution de la société, de faire de nouvelles expériences, de donner une autre vie à leurs objets, de faire des économies ou de gagner un peu d’argent.

Certains journaux les appellent les « consom’acteurs ».

Jeunes déballant les courses Nous entendons souvent des messages pour nous encourager à consommer plus durable.

 

 

Atelier d'insertion consacré à la production de légumes biologiques sur le site de Moyecques à Landrethun-le-Nord (62) Ces dernières années, on a vu se développer la vente directe du producteur au consommateur, notamment pour la vente de fruits et légumes.

 

Covoiturage Pour aller au travail ou partir en vacances, le covoiturage est une solution conviviale et économe.

menu droit

Tous les dossiers

À lire
Carnet de vie d'un jean
Le carnet de vie d'un jean
À lire
Carnet de vie d'un T-shirt
Le carnet de vie d'un T-shirt
À lire

Le guide "Consommer mieux"
À lire
Le guide ADEME : les logos environnementaux sur les produits
Le guide "Les logos environnementaux sur les produits"
À lire
Guide Petites réponses à de grandes questions sur la planète
Le guide "Petites réponses à de grandes
questions sur la planète"